Oxygèn' Récré
VINTAGE
HISTOIRE
SCIENCES
NATURE
CUISINE
ORTF
Les années Club DOROTHEE
Les années récré A2






Le club DOROTHEE : Première partie

La première émission du Club Dorothée a été diffusée sur TF1 le mercredi 2 septembre 1987, consécutivement à la privatisation de la chaîne TF1,. Dorothée quitte alors la présentation de Récré A2 sur Antenne 2 après 9 années, pour devenir directrice de l'Unité des programmes jeunesse de TF1, fonction qu'elle exercera pendant dix ans.


Au départ, il existe trois émissions bien distinctes : celle du mercredi matin s'appelle Dorothée Matin, celle du mercredi après-midi, le Club Dorothée et celle du dimanche, Dorothée Dimanche. À partir de septembre 1988, toutes les émissions sont regroupées sous l'appellation Club Dorothée. C'est également la création des émissions quotidiennes diffusées en fin d'après-midi sur TF1 les lundi, mardi, jeudi et vendredi.


Le Club Dorothée est la toute première collaboration de Patrick Simpson-Jones avec Jacky et Corbier. Il ne les avait jamais croisés dans l'émission de Jacqueline Joubert Récré A2 qu'ils ont chacun animée.


Au fil des saisons, la chaîne rallonge le temps d'antenne de Dorothée, qui ira jusqu'à occuper près d'une trentaine d'heures de programme hebdomadaire, dont 8 heures de direct chaque mercredi de 8 h 55 à 18 h.


Un orchestre accompagne Dorothée lors des directs du mercredi après-midi : Les Musclés qui sortiront plusieurs albums et tourneront deux sitcoms.


Le chanteur Carlos est choisi pour devenir le parrain du Club Dorothée et apparaîtra régulièrement dans l'émission durant ses dix ans d'existence.


L'émission est réalisée à ses débuts par Robert Réa. Une dizaine de réalisateurs tournerons cette émission, le plus connus étant Pat Le Guen. Elle était écrite par Jean-François Porry, pseudonyme pour ses activités artistiques du producteur Jean-Luc Azoulay.


Les débuts sont difficiles, car La Cinq via Silvio Berlusconi a acquis tous les droits des dessins animés internationaux, pour l'Europe entière. Les programmes du Club Dorothée sont donc essentiellement composés de rediffusions issues des vieux stocks de TF1: Jem et les Hologrammes, Jayce et les Conquérants de la lumière, Les Bisounours, Les Minipouss... Ainsi que Candy et Goldorak, obtenus chez Récré A2, AB Productions les ayant achetés en intégralité. Mais la grande vague de la rentrée 1988 permet à AB Productions et Dorothée d'acquérir un stock important de dessins animés pour la plupart japonais qui contribuent largement au triomphe de l'émission. Les succès sont nombreux et incluent notamment Dragon Ball, Dragon Ball Z, Juliette, je t'aime, Les Chevaliers du Zodiaque, Ranma ½, L'École des champions, Bioman, Georgie, Nicky Larson ou encore Sailor Moon.


Au cours de la guerre que se livreront TF1 et La Cinq, début 1991 Berlusconi sent le navire couler, il vend alors les droits des dessins animés historiques de La Cinq à son grand rival AB Productions. En fait AB joue sur les deux tableaux : afin de neutraliser la cinquième chaîne, TF1 via AB programmera Robotech partiellement en avril 1991 dans le Club Dorothée. Dans la foulée, TF1 programmera aussi Princesse Sarah, Olive et Tom, Le Petit Lord, Max et Compagnie ou Embrasse-moi Lucile rebaptisé Lucile, amour et Rock'n Roll, etc. En même temps, AB via sa filiale Animage rachète le catalogue de Berlusconi et en revend une partie à La Cinq.


Pour le premier tournage du Club Dorothée en 1987, Jean-Luc Azoulay et Claude Berda, créateurs d'AB Productions, décident de fonder un studio à La Plaine Saint-Denis, au nord de Paris. Ils emménagent dans l'entrepôt 233, un hangar « avec des toiles à la place des murs » selon Robert Réa, premier réalisateur de l'émission. La réalisation était initialement menée dans un car-régie. En 1988, AB signe un contrat de trois ans avec TF1 et décide d'investir entre 150 et 200 millions de francs pour créer ses propres infrastructures. Les studios AB (qui garderont le nom de Studio 7 dans l'émission) sont construits au 144 avenue du Président-Wilson - 12 rue de la Montjoie et inaugurés en 1988.

Le Club Dorothée a fait des séries animées sa force dès sa création en 1987 et surtout à la rentrée 1988, où, parallèlement à la rediffusion de séries culte comme Candy, Goldorak ou Capitaine Flam, il acquit un stock très important de dessins animés, pour la plupart en provenance du Japon car les tarifs défiaient toute concurrence. Les producteurs Jean-Luc Azoulay et Claude Berda avaient acheté les droits de dessins animés à plusieurs maisons de production japonaises comme la Toei Animation ou la TMS. Certains, comme Ken le Survivant, Lamu, Les Chevaliers du Zodiaque, Dragon Ball Z ou Muscleman firent polémique…

Jacky Show

Le Jacky Show est une émission de télévision française musicale.


Elle est animée par Jacky, qui reçoit les chanteurs à succès de l'époque. Elle est réalisée par Pierre Fournier-Bidoz en 1986, puis Pat Le Guen dès 1987 quand elle est produite par AB Productions.


L'émission est diffusée sur TF1 tout d'abord deux mercredis de suite pendant les vacances de Noël les 25 décembre 19861 et 31 décembre 1986 dans l'émission Croque Vacances, puis de façon hebdomadaire du 23 septembre 19873 au 14 octobre 1995 dans Club Dorothée. Lors de sa première saison, ce show musical est programmé le mercredi de 17 h 30 à 18 h puis le dimanche matin. L'émission sera ensuite programmée le samedi matin aux alentours de 10 h, créneau horaire qu'elle gardera jusqu'à la fin.


Si au départ l'émission reçoit de nombreuses stars françaises, lors de ses dernières années elle invite surtout des artistes AB Productions, notamment Mallaury Nataf qui, en mai 1994, interprète son single Fleur sauvage sans culotte sous sa jupe. Cela a provoqué un mini scandale largement relayé par les médias dont le magazine Entrevue.

Des millions de copains

Des millions de copains est une émission de télévision française créée par Dorothée et diffusée du 17 janvier 1993 au 12 janvier 1997 sur TF1. Elle était réalisée par Pat Le Guen et produite par AB Productions.


Diffusée chaque dimanche soir entre 18 h et 19 h, elle avait pour but de mettre en avant différentes associations caritatives et de mobiliser le public sur les problèmes de l'enfance maltraitée et certaines maladies infantiles méconnues. Dorothée et le professeur Alain Deloche permettaient aux chercheurs, aux responsables et bénévoles d'associations ainsi qu'aux malades de s'exprimer et de médiatiser l'urgence de leurs situations.


Grâce à cette émission, l'association La chaîne de l'espoir créée par Alain Deloche, bénéficie d'une exposition médiatique importante lui permettant de réaliser, entre autres, des constructions d'hôpitaux dans certains pays d'Afrique.


De nombreuses personnalités n'hésitèrent pas à participer à l'émission pour soutenir Dorothée dans son combat et ses appels aux dons. On se souvient notamment de son poignant entretien avec Sœur Emmanuelle.


Le programme rencontra un gros succès d'audience (5 000 000 de téléspectateurs chaque dimanche soir) et fut, un temps, envisagé pour une diffusion en prime time. Dorothée, qui fut la première à s'investir pour importer le Téléthon en France, en 1985, était alors l'animatrice la plus légitime pour présenter ce type de programme.


Après la chanson Changer tout ça de Bernard Minet qui sera le premier générique de l'émission, l'animatrice/chanteuse enregistrera, en 1994, la chanson Des millions de copains sur son album Nashville Tennessee, qui deviendra le générique officiel de l'émission.


Malgré une audience toujours convenable, l'émission s'achève le 12 janvier 1997 après quatre années de succès.

Terre, attention danger

Terre, Attention, Danger est une émission télévisée conçue, écrite, et animée par le vétérinaire Michel Klein de janvier 1991 à juin 1995. Diffusée sur TF1 tous les dimanches matin, elle était coanimée par Dorothée.


Cette émission permettait de sensibiliser les jeunes téléspectateurs à la défense de l'environnement et à la protection d'animaux en voie de disparition.


Précurseur et avant-gardiste, ce magazine animalier était destiné à une prise de conscience sur les catastrophes écologiques à venir.

Chaque dimanche matin, Dorothée et le Docteur Klein recevaient sur leur plateau, un animal différent (serpent, singe, crocodile, lion, ours, tigre, araignée, loup, chien, chat, iguane, oiseaux, insectes, etc.) et présentaient leurs caractéristiques au jeune public.


Une émission éducative et divertissante qui rencontrera un gros succès d'audience pendant 5 ans et qui devait, en 1996, se transformer en une autre émission intitulée Les Rangers du Club Dorothée. Un programme qui n'a, finalement, pas vu le jour.


Cette émission était un dérivé de la fameuse « Séquence animaux » présentée par Michel Klein aux côtés de Dorothée chaque mercredi matin pendant 10 ans, dans le Club Dorothée entre 1987 et 1997.

Marotte et Charlie

Marotte et Charlie est une sitcom française, en 13 épisodes de 26 minutes, créée par Jean-Luc Azoulay (sous le pseudonyme Jean-François Porry) et diffusée du 21 mars 1990 au 26 septembre 19901 dans le Club Dorothée sur TF1, parodiant Marie Dauphin et Charlotte Kady, deux animatrices d'Antenne 2 qui ont pris le relais de la présentation de Récré A2 après le départ de Dorothée pour TF1 en 1987. De nouveaux épisodes courts sont diffusés sur IDF1 depuis 2008, produits par JLA production, la société du monsieur « A » (Azoulay) de AB Productions.


Signée AB Productions, cette série met en scène Jacky et Patrick, animateurs du Club Dorothée, déguisés grossièrement en deux sottes, parodies grinçantes de Marie Dauphin et Charlotte Kady, animatrices de la dernière saison de Récré A2. Les deux héroïnes vivent des aventures rocambolesques qu'elles affrontent avec la plus grande idiotie. Dans leur réfrigérateur se trouve un agent secret, incarné par Guy Piérauld (célèbre ancienne voix française de Bugs Bunny).


La série trouve son origine dans un sketch récurrent de la sitcom Pas de pitié pour les croissants, parodie grinçante en forme de règlement de comptes contre Jacqueline Joubert, la directrice des programmes jeunesse d'Antenne 2, que Dorothée et son équipe ont quittée en mauvais termes peu de temps auparavant. Les prénoms de Marotte et Charlie font en effet référence aux deux anciennes animatrices de l'émission concurrente au Club Dorothée, Récré A2 : Marie Dauphin et Charlotte Kady.


Les personnages de Marotte et Charlie apparaissent de temps à autre sur les plateaux du Club Dorothée aux côtés des animateurs.


Les deux héroïnes vouent une passion sans borne au comédien Charles Bronson.


Un 45 tours intitulé Marotte et Charlie est sorti en 1990 aux éditions AB.


Ceci est un spin off de "Pas de pitié pour les croissants".

Pas de pitié pour les croissants

Pas de pitié pour les croissants est une sitcom française en 139 épisodes d'une durée variant de 15 à 30 minutes, créée par Jean-François Porry et diffusée du 6 septembre 1987 au 7 avril 1991 dans le Club Dorothée sur TF1. Rediffusion entre 1991 et 1993 puis du 28 décembre 1995 au 30 août 1997. Au Québec, la série a été diffusée à partir du 4 septembre 1988 sur Canal Famille. La série est diffusée depuis 2007 tous les samedis et dimanches matin en Communauté française de Belgique sur AB4 et fréquemment en France sur AB1.


Signée AB Productions, cette sitcom met en scène les membres du Club Dorothée et un invité (de la télévision ou de la chanson) dans des histoires humoristiques improvisées et souvent absurdes, recourant fréquemment à la mise en abyme.Tous les épisodes sont tournés avec la technique du fond bleu (même si aujourd'hui c'est plutôt le fond vert qui est le plus utilisé).


Chaque épisode possède la même structure scénaristique :

 

  • Une histoire de base découpée en plusieurs parties de 2,3 ou 4 minutes (mise en scène par l'invité et les acteurs principaux) ;

 

  • Des sketchs très court (ex : Marotte et Charlie, Dorothée et Jackie en bébé, Janine et Mauricette) ;

 

  • Mais aussi des clips vidéo produits par AB Production (Dorothée, Emmanuelle.) ;

 

  • Et enfin des extraits (des slogans) d'une dizaine de secondes qui viennent se glisser entre chaque plan (faits par Jackie, Ariane, Dorothée, Patrick, Corbier ou l'invité de l'épisode).

 

  • Un bêtisier de 1 ou 2 minutes

 

  • Une séquence où l'invité est sur le plateau du Club Dorothée et prend son petit-déjeuner en discutant avec l'équipe.


Le générique fut changé trois fois :


-Lors des épisodes 80 et 81, plusieurs logo "Pas de pitié pour les croissants" naviguent entre des extraits d'épisodes précédents. La musique reste la même.


-Des épisodes 82 à 126, les lettres "PPPC" ainsi que des extraits d'émissions naviguent sur un fond marron sur lequel se trouve les lettres "PPPC" noires et marrons. La musique reste la même.


-A partir de l'épisode 127, des images d'épisodes précédents défilent avec une incrustation du logo "Pas de pitié pour les croissants". Une toute nouvelle musique est utilisée.


A partir de l'épisode 99, les épisodes sont réduits : les sketchs très courts, les clips vidéo ainsi que la séquence de fin entre l'invité et l'équipe du Club Dorothée disparaissent et des rires enregistrés sont ajoutés lors des scènes comiques.


On retrouve dans la série plusieurs personnages devenus récurrents au fil des épisodes : Superpat (joué par Patrick Simpson-Jones), la Fée Dodo et la Fée Caca, le Docteur Jackenstein (ou le savant fou, interprété par Jacky) et son assistante la fidèle Ariane, l'innocente victime (Corbier), Marotte et Charlie (dont le succès fut tel qu'il en devint une série à part).


La série parodiait également les dessins animés du Club Dorothée et fut déclinée en roman-photo dans l'hebdomadaire Dorothée Magazine.


Le format et le caractère transgressif et humoristique de Pas de pitié pour les croissants rapprochent la série d'une émission télévisée qui avait marqué l'année 1963-1964 par son caractère novateur : Les Raisins verts de Jean-Christophe Averty.


"Marotte et Charlie" serait un spin off de cette série.

Le club DOROTHEE : Deuxième partie

La série Ken le Survivant a été la première série japonaise à susciter la polémique en 1989 avec ses scènes sanglantes, provoquant la colère des associations familiales. Sous la pression des associations et du CSA, un groupe de psychologues est embauché par AB Productions pour adapter la série au jeune public occidental en y introduisant des « coupes psy » et des adaptations bon enfant. Ces modifications modifient les scénarios des épisodes, dénaturent la série et certains épisodes sont parfois amputés de plusieurs minutes.

En 1990, le CSA intervient auprès de TF1 au sujet de la série japonaise Muscleman car elle présentait un personnage affublé d'un symbole jugé nazi. La chaîne supprime donc la série. Le mot « japoniaiserie » naît de ces deux polémiques, et ce terme fut relayé par Télérama ou Libération qui jugent ces séries « niaises » ou « trop violentes ».


En 1991, le CSA sanctionne la chaîne pour avoir diffusé des scènes « de sadisme et de violence » dans un épisode des séries Dragon Ball Z et Superboy diffusés quelques mois plus tôt. Une des hypothèses de l'arrêt de la série le 23 novembre 1996 est liée au lancement des signalétiques jeunesse du CSA, provoquant de fait l'arrêt de Dragon Ball Z car inadapté à un jeune public.


En avril 1993, la série animée japonaise Très cher frère... suscite une large polémique par son contenu sombre. Cette série aborde des thèmes comme le suicide ou l'ambiguïté sexuelle, si bien qu'elle est diffusée en crypté au Japon. La série sera jugée inadaptée à un jeune public et elle est arrêtée au bout de 7 épisodes.


Au-delà des critiques faites aux séries japonaises, le sort de ces dessins animés est également dénoncé. On évoque les censures quasi systématiques des dessins animés, les doublages parfois bâclés, les déprogrammations « sauvages » des séries et les coupures publicitaires intempestives créant de fait un amalgame entre la série animée japonaise et le contenu éditorial de l'émission.


Le mercredi a rapidement été le rendez-vous incontournable du Club Dorothée. Ce jour-là, l'émission bénéficiait d'une plus grande plage horaire que le reste de la semaine avec 6h de direct (dont 3h30 l'après-midi incluant les séries/dessins animés).


Les matinées étaient l'occasion de connaître les résultats du hit des séries (les téléspectateurs pouvaient voter sur minitel tout au long de la semaine pour que leurs programmes préférés soient diffusés), les animateurs ne manquant pas de rappeler comment voter. Il y avait également de nombreux jeux. La matinée fut complètement modifiée à la rentrée 1995 pour une nouvelle séquence Les héros dans votre ville qui occupait toute la matinée. Les jeux furent donc supprimés, seul le hit des séries fut gardé. Cette séquence resta jusqu'à décembre 1996.


Le show de l'après-midi constituait lors des premières années un mélange entre des jeux et une partie variété où de nombreux chanteurs et chanteuses sont venues (voir rubrique invités). Dès la rentrée 1991, les jeux ne se font plus l'après-midi mais uniquement le matin, laissant alors place à des après-midis 100% variété.À partir de 1992, les séries animées sont reléguées le matin, les sitcoms françaises et américaines occupant l'antenne l'après-midi. Au fil des années, la durée des après-midis diminua (2h en septembre-decembre 1996) puis disparu en 1997. Il arrivait que des émissions de l'après-midi se déroulèrent sur le plateau de la matinée.


Le Club Dorothée fut diffusé du lundi au dimanche dès 1988. Entre le lundi et le vendredi, deux émissions étaient programmées, le matin et l'après-midi, d'une durée d'une heure chacune. Les émissions étaient enregistrées, contrairement aux mercredis qui se déroulaient en direct. Lors de ces émissions, les animateurs qui se trouvent sur le plateau de la matinée laissent une grande place aux jeux ainsi qu'à des séries. Cependant, les émissions quotidiennes furent supprimées en mars 1996 avant de revenir à la rentrée 1996 mais furent définitivement supprimées en 1997.


En 1989, TF1 récupère les droits de diffusion des productions Disney à la place de FR3 et confie à AB Productions la mise en place d'émissions consacrées à Disney. Les émissions du matin présenteront un "Disney classique". Un cartoon mettant en scène Mickey, Donald, Pluto, etc. À partir du 1er janvier 1989, Dorothée présente chaque week-end l'émission Spécial Disney avec Ariane. Cette émission produite par AB Productions et The Walt Disney Company propose les rediffusions de Zorro, Les Gummi et La Bande à Picsou. Les Nouvelles Aventures de Winnie l'ourson étant la seule série inédite. Au bout d'un an, The Walt Disney Company n'étant pas satisfaite par le concept et ne voulant plus se voir associée à l'image controversée de Dorothée, obtient de TF1 le lancement du Disney Club dès janvier 1990.


La loi de 1990 sur les quotas de diffusion d'œuvres européennes et françaises pousse à réduire le nombre de dessins animés japonais, ce qui oblige AB Production à produire des séries animées françaises, mais surtout des sitcoms qui connaîtront un succès considérable.


AB Productions investit financièrement à partir de 1991 dans trois coproductions de dessins animés comme Sophie et Virginie, Les Jumeaux du bout du monde mais aussi Les Misérables, librement adapté du roman de Victor Hugo. Suivront des séries animées comme Les aventures de T-Rex ou encore Le Maître des bots...


À partir de 1989, AB se lance dans la production de sitcoms à succès telles que Salut Les Musclés (1989), Premiers Baisers (1991), Hélène et les Garçons (1992), Le Miel et les Abeilles (1992), Les Filles d'à côté (1993), La Philo selon Philippe (1995).


Dès 1987, AB Productions avait produit ses premières fictions : Les Aventures de Dorothée : Un AMI, un téléfilm unitaire diffusé en plusieurs épisodes au sein du Club Dorothée et surtout Pas de pitié pour les croissants, une émission inspirée des comédies dramatiques de Récré A2 et composée de mini-sketchs joués par les 5 animateurs avec un invité, et diffusée tous les dimanches matin entre le 6 septembre 1987 et décembre 1991. L'émission s'achève au début de l'ère des sitcoms.

LES ANNEES RECRE A2

DOROTHEE