Dossier Utilisateur
VINTAGE
HISTOIRE
SCIENCES
NATURE
CUISINE
ORTF
Les années Club DOROTHEE






L'histoire de "RECRE A2"

Nommée directrice des programmes jeunesse d'Antenne 2 en 1977, Jacqueline Joubert, ancienne speakerine, animatrice et productrice, crée Récré A2, qu'elle produit comme une émission ouverte sur le monde, divertissante et informative. Il s'agit de l'émission jeunesse phare des années 1980 dont la devise était : « Apprendre en s'amusant ».


Au départ, l'émission ne devait être qu'estivale. Le 3 juillet 1978 est diffusée la première émission présentée par Dorothée, Gérard Chambre et Fabrice. Rencontrant un grand succès, l'émission est reconduite à la rentrée de septembre 1978, tous les jours de la semaine sur Antenne 2 pendant 10 ans. Récré A2 était diffusée les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 17 h 30 à 18 h 30, puis de 17 h à 18 h, le mercredi après-midi de 15 h à 17 h, le samedi de 9 h à 11 h (à partir de 1986) et le dimanche entre 10 h et 11 h (de 1984 à 1987).


Durant les trois premières saisons, Dorothée n'est à l'antenne qu'une fois par semaine, le mercredi.


Récré A2 est déclinée pour la première fois le matin lors des vacances scolaires d'avril 1981 et présentée par Pierre Jacquemont et Isabelle Arrignon.


Une déclinaison estivale, Récré à Table, fut diffusée avant le journal de 13 heures d'Antenne 2 les samedis et dimanches en juillet et août 1981.


En avril 1985, c'est la création de Récré A2 matin. D'abord présentée par Dorothée, cette émission est diffusée tous les mercredis matin en direct dans le studio de Télématin.


En 1986, Récré A2 reçoit le 7 d'or de la meilleure émission pour la jeunesse.


Récré A2 est en concurrence dès ses débuts avec TF1 en face des Visiteurs du mercredi de Christophe Izard et Croque-vacances à partir de 1980. Puis Mercredi-moi-tout et Les Pieds au mur dès 1982, Vitamine dès 1983, et enfin le Club Dorothée sur la saison 1987/1988.


Après le départ précipité de Dorothée et François Corbier vers TF1 privatisée en septembre 1987, l'émission est alors présentée par Marie Dauphin, Charlotte Kady et Cabu.


Attristée qu'on débauche son équipe, sa créatrice Jacqueline Joubert démissionne de l'unité des programmes jeunesse d'Antenne 2 et devient directrice des fictions pour la jeunesse de la chaîne jusqu'en 1990. Récré A2 ferme ses portes le 29 juin 1988 et, avec elle, une certaine idée de la télévision pour enfants.


Récré A2 propose aux jeunes téléspectateurs la diffusion de fictions et séries pour la jeunesse de toutes origines (France, Allemagne, Royaume-Uni, Yougoslavie, États-Unis et Japon), des dessins animés, mais aussi des reportages (le Monde selon Georges, Mambo Satin), des séquences avec des comédiens, des chansons (Discopuce) ainsi que diverses rubriques éducatives consacrées aux animaux (Terre des bêtes), au dessin, à la lecture (Bouquin, Bouquine, Latulu et Lireli, Lire, lire, lire), à la musique (Sido et Rémi), au théâtre (Jean qui rit, Jean qui pleure), à l'opéra (Récré à l'opéra), au bricolage, aux jeux vidéo, au cinéma (Ça c'est du cinéma, C'est Chouette), aux inventions (3,2,1 contact), à la bande-dessinée (La Bande à Bédé, Flip bouc), à la géographie (Ton pays c'est quoi ?), etc.


L'émission diffusée en semaine est enregistrée et dure moins d'une heure. Elle enchaîne un ou deux dessins animés, une rubrique et se termine par la diffusion d'une série, le tout entrecoupé de saynètes jouées par un ou deux animateurs dans un décor de petit studio avec vue sur Paris ou devant un décor incrusté informatiquement (fond bleu).


L'émission du mercredi après-midi est diffusée en direct pendant deux heures et enchaîne dessins animés, rubriques et séries qui sont entrecoupés de petites comédies jouées par toute l'équipe de Récré A2 dans un décor qui change chaque semaine. À partir de 1985, l'émission n'est plus en direct et enchaîne séries et clips entrecoupés de comédies ou dramatiques jouées par toute l'équipe de Récré A2. Ces dernières finissent par devenir des séries à part entière avec leurs propres génériques diffusés à la suite des autres programmes de Récré A2 en 1987.


Jacqueline Joubert constitue une équipe nombreuse et hétéroclite. Au fil des saisons, l'équipe d'animateurs s'agrandit. Des speakrines ou speakerins ou des personnalités issues du milieu du théâtre se joignent à l'émission. Ainsi, on peut voir se succéder notamment Dorothée, William Leymergie, Patrick Simpson-Jones, Ariane Gil, Cabu, Isabelle Arrignon, Pierre Jacquemont, Daniel Depenne, Jean-Claude Aumont, Gréta, Gaél, Jacqueline Vauclair, Jean Lacroix, Jean Martin, Bernard Montaigne, Brigitte Simonetta, Catherine Ceylac, Henriette Chardak, Lyvia d'Alché, Michèle Brousse, Laurence Delpierre, Françoise, Rodolphe, Zabou Breitman, Ariane Carletti, Alain Chaufour, Jacky, Jean-Jacques Chardeau, Elfie, Valérie Maurice, François Corbier, Julie Bataille, Véronique Baudoin, Luq Hamet, Marie Dauphin, Charlotte Kady, Emmanuelle Bataille, Valérie Maurice, Bernard Moisan, François Montaigu et Bertrand Boucheroy.


Des intervenants récurrents participaient aussi à l'aventure comme Gérard Majax, Gaston Cassez (Doggy Dog), Chantal Goya, Fabrice, Henri Dès, Jacqueline Joubert elle-même et son fils Antoine de Caunes qui a présenté une chronique « jeux vidéo ».


Cabu, dessinateur à Charlie Hebdo, crée pour l'émission, la célèbre caricature de Dorothée, avec une queue de cheval et un nez long, pointu et recourbé vers le haut.


Durant ses dix années d'existence, le programme a connu plusieurs réalisateurs successifs : Anne Amado, Jacques Audoir, Yves Barbara, Chantal Baumann, Françoise Boulain, Nicolas Cahen, Jean-Jacques Goron, Annie Gosselet, Joseph Lewartowski, Jean-Louis Lorenzi, Roger Pradines, Robert Réa, Dominique Rocher, Jean-Pierre Spiero, Michel Tréguer et Serge Witta.

Mes mains ont la parole

Création et Production DANIELLE BOUVET

Première diffusion Janvier 1979 – Dernière émission Juin 1988


Souriante, la jeune conteuse raconte en langue des signes, accompagnée d'une voix off féminine, Céline Monsarrat, des histoires de contes et de légendes pour les enfants : « Regardez, regardez mes mains. Elles vont vous raconter une histoire. L'histoire… »


C'est Danielle Bouvet, docteur en Sciences de la communication, qui a lancé cette idée, ce qui a permis à la France de découvrir, en 1979, une personne sourde s'exprimant plein cadre en langue des signes à la télévision, sur Antenne 2. Marie-Thérèse L'Huillier y reste autour des enfants jusqu'en 1986, et est remplacée par un comédien Philippe Galant, également sourd.


Le module Mes Mains ont la parole disparait en même temps que l'émission Récré A2 en juin 1988.


Marie-Thérèse L'Huillier, née le 19 août 1956 à Saint-Denis en Île-de-France, est une ancienne animatrice et productrice de télévision sourde française, la première à avoir présenté l’émission Mes mains ont la parole en langue des signes française à partir de 1979 et produit l'émission L'Œil et la Main pour sourds et malentendants sur France 5 entre 1994 et 2003.


Depuis 2010, elle est ingénieure d’études au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).


Ses parents sont sourds. En 1979, Marie-Thérèse visite à l'université Gallaudet aux États-Unis avec un groupe sourd, un séminaire de 5 semaines. Grâce à l'idée de Danielle Bouvet, docteur en Sciences de la communication, Marie-Thérèse L'Huillier se lance à la télévision en 1979 pour animer Mes mains ont la parole dans laquelle elle raconte des histoires en langue des signes française. Une rencontre avec Françoise Dolto la pousse à écrire un livre et elle décide d'écrire le livre Sourde, comment j’ai appris à lire et à écrire en 1992.


Le 16 décembre 2015, Marie-Thérèse est décorée Officier de l'Ordre national du Mérite.


Marie-Thérèse L'Huillier a épousé Daniel Abbou, le présentateur de L'Œil et la Main, avec qui elle a une fille, Julie Abbou, la Miss Deaf International 2010 et un fils, Jérémie Abbou, mais ils se sont séparés.

Teletactica

Production : ANTENNE 2 – FAC TELEVISION

Création : ALBERT CHAMPEAUX et JEAN PAUL BLONDEAU

Nombre d’épisode 130 d’une durée de 5 minutes

Première diffusion 11 septembre 1982



Le spectateur devait aider des créatures vertes dans leur voyage galactique.


Tactimor et Téline voyagent dans le temps à bord de l'Orion. Ils sont secondés par les « Verts », quatre petits personnages qui ont chacun une tâche différente (le Mécanicien, le Navigateur, l'Archéo et l'Avertisseur).


L'équipage de l'Orion est à la recherche des « mémoires volées » qui contiennent le savoir. Il voyage dans le temps pour récupérer des informations. Cette partie des scénarios permettait de donner des informations historiques sur certaines époques.


Le pirate Crodogang, accompagné de son robot Minor, essaie, à bord de son vaisseau spatial, de s'emparer des mémoires. Il est aidé par les « Malfaisants », cousins noirs des « Verts ».


Le générique était interprété par Julie Bataille.

Il s'agit d'une des premières émissions interactives : le spectateur devait coller des formes géométriques achetées préalablement chez les marchands de journaux ou découpées dans des sacs en plastique sur la télévision (grâce à l'électricité statique), à certains moments afin de figurer un objet utile à l'action.

La réalisation assez économique faisait appel à la technique du « Transflex » qui permettait d'incruster des personnages sur des dessins. Il s'agissait d'une projection via un système de miroirs à 45° qui se trouvaient parfaitement alignés devant l'objectif de la caméra (16 mm image par image). L'écran, qui se trouvait derrière le plateau qui supportait les personnages, renvoyait 100 % de la lumière qu'il recevait. Les décors étaient ainsi projetés dans l'axe de l'objectif, annulant, dans le principe, toutes les ombres.

Zeltron

Production ANTENNE 2

Nombre de saison 1 – 85 épisodes

Date de la première émission : 30 août 1979 – Date de la dernière émission : 25 janvier 1984


Les aventures de Zeltron est une émission télévisée française pour enfant éducative, diffusée en France dans Récré A2 sur Antenne 2, ainsi qu’au Québec.


Zeltron était un extraterrestre de la planète Zeltronie et avait pour mission de transmettre des connaissances sur l’électricité aux enfants. Il était accompagné dans ses aventures par deux enfants, un garçon et une fille. 85 épisodes furent diffusés durant près de cinq ans.


Quelle est donc la mission de Zeltron? 02. Le phare à dés 03. Le coup de foudre de Franklin 04. Roméon et Juliette 05. Le coup de bambou d'Edison 06. Electra et les Naïades 07. Ça chauffe chez Electra 08. L'ambre jaune 09. La bouteille de Leyde 10. Le "chant" mangétique de M. Ampère 11. La dispariotion d'Electra 12. Surprise party 13. Le train de Chatter City 14. Le Palais des 100 000 lumières 15. Village en fête 16. Le trésor d'Ohm Astoc 17. Les Palais des milles lumières 18. Le loto-rhino 19. Les Ohms changent d'air 20. Les quatre saisons 21. Le manteau de cuivre 22. Poules au chaud 23. Las Ozas 24. Vade Retrohm 25. Retour en Zelthronie 26. La force du point faible 27. Attraction à volonté 28. Mercredi au bois 29. Les frissons du bilame 30. Des hauts et des bas 31. Jeux interdits 32. Pôle Nord - Pôle Sud 33. Le tube mystérieux 34. Contrôle de routine 35. Fermez le circuit ! 36. Le retour de Zeltron 37. Batteries… Chargez ! 38. Ascension électrique 39. L'arc-en-ciel 40. A la poursuite de l'électron libre 41. Le mouvement perpétuel 42. À toute vapeur 43. Histoire d'ions 44. Le manteau de cuivre 45. Allo Jo… Ici Jessie ! 46. La voix des ondes 47. 220=8 48. Voyage électrique 49. Langage magnétique 50. Au fil de l'éclair 51. Une étincelle jusqu'à la terre 52. Le champ tournant 53. Toccata en tac 54. Equation électrique 55. La vapeur infernale 56. Le parapluie paratonnerre 57. Le bocal électrique 58. Le message cohérent 59. L'œuf électrique 60. L'invention du pistolet à eau 61. Duel pour une grenouille 62. La danse des pantins 63. Bain de mercure 64. Pauvre monsieur Froment ! 65. La machine à étincelles 66. Le crayon voltaïque 67. Chocs en série 68. La lampe magique 69. Que la lumière soit 70. Rock hydraulique 71. Chute ! On tourne 72. Barrage du troisième type 73. Ascenseur pour kilowatts 74. Quand la lumière s'en mêle 75. Un train peut en cacher un autre 76. Chaud et froid 77. 78. Rien ne se perd 79. Justice est faite 80. C'est du billard 81. Du cours primaire au cours secondaire 82. Un oiseau fabuleux 83. Y-a-t-il un pilote dans le poste ? 84. Zeltron par ci, Zeltron par-là 85. Rostor, Stator et cie.

3-2-1 contact

Création SAMUEL Y. GIBBON JUNIOR

Nombre de saison : 8 – Nombre d’épisode 225 – Durée 30 minutes

Diffusion française 6 janvier 1981


Les téléspectateurs assidus de l’émission « Récré A2 » se rappellent la plupart du temps des programmes qui nous étaient proposés. Mais souvenez-vous de « 3.2.1 Contact » ? En fait, c’était une émission dans l’émission si j’ose dire… En effet, cette rubrique était en même temps divertissante, éducative, nous proposait des reportages, nous racontait également des histoires. Je me souviens parfaitement de son générique français qui était un tiré sur les cheveux, reconnaissons-le, mieux vaut écouter la version originale. Elle arrive sur le réseau P.B.S. de la télévision américaine le 1 septembre 1980 pour s’achever le 18 novembre 1988. Les jeunes téléspectateurs français pourront découvrir cette dans récré A2 sur Antenne 2 dès le 6 janvier 1981. Elle sera rediffusée ensuite sur « F.R.3. Jeunesse » en 1986. A ma connaissance « 3.2.1 contact » n’est jamais repassée à la télé depuis. Au-delà des expériences ludiques et scientifiques destinées aux enfants, on pouvait retrouver les aventures du « Bloodhound gang », détectives en herbe résolvant des énigmes en se servant de la technologie d’alors.

Discopuce

Discopuce est un programme musical dans le cadre de l’émission « RÉCRÉ A2 » de 1981 à 1986 sur Antenne 2. Il a été rediffusé à partir de 1989 sous le titre Le jardin des chansons dans l’émission Club DOROTHÉE sur T.F.1.


Cette émission était proposée par Ariane GIL, réalisé par Robert RÉA et produite par AB Productions. Au départ, l’émission était consacrée à des chanteurs pour enfants, comme Henri DÈS, peu connu du grand public à l’époque. Puis dès l’été 1981, sous l’impulsion de Jean-Luc AZOULAY afin de lancer la carrière de Dorothée, en tant que chanteuse, apparait la séquence « Discopuce ». Des décors dessinés par Lionel GÉBÉDÉ (le fils d’Ariane GIL), l’équipe d’animateurs de Récré A2 baptisée les « Récréamis » entoure l’animatrice vedette pour interpréter toutes les chansons traditionnelles françaises regroupées sur de nombreuses compilations publiées en livre 45 tours et en 33 tours, intitulées LE JARDIN DES CHANSONS.


Parmi les interprètes, on retrouve : Dorothée, Zabou BREITMAN, Ariane CARLETTI, Isabelle ARRIGNON, Pierre JACQUEMONT, Alain CHAUFFOUR, Jean-Jacques CHARDEAU, Jacky, Marie DADUPHIN, Véronique BODOIN, Bernard MARSAN.


En 1989, AB Production rachète les clips de DISCOPUCES à l’I.N.A., afin de les diffuser sous le titre LE JARDIN DES CHANSONS dans le Club DOROTHÉE, et commercialiser le tout en 45 tours, C.D. et V.H.S. Aucune référence à l’émission Récré A2 ne sera conservée.

Spectreman

Création USHIO SHOJI

Création P PRODUCTION

Nombre de saison 01 - Nombre d'épisodes 63 - Durée 21 minutes environs

Diffusion Originale 2 Janvier 1971 - 25 Mars 1972


La série se déroule au xxe siècle, dans un monde où la pollution est devenue un problème d'envergure internationale. Pire encore, le Docteur Gori, un homme-singe extraterrestre d'une intelligence diabolique, cherche à s'emparer du pouvoir en créant des créatures monstrueuses à partir de la pollution générée par les humains. En réponse aux agissements de Gori, la Fédération Galactique dépêche alors Nébula 79, un satellite artificiel dont la fonction est la sauvegarde des planètes sous-développées de l'univers, pour prendre la situation en mains. Ordinator, l'entité invisible qui dirige Nébula 79, envoie son meilleur agent, le cyborg Spectreman, pour contrecarrer les plans du Docteur Gori. Mais Spectreman doit toutefois conserver son identité secrète pour agir efficacement, aussi revêt-il une apparence humaine dans la vie de tous les jours, endossant le rôle d'un garçon de bureau gaffeur du nom de Georges, travaillant au sein de la Brigade Anti-Pollution de Tokyo.


À la différence d'autres superhéros venus du Japon, Georges / Spectreman ne peut pas se transformer à volonté ; seul Ordinator peut l'y autoriser. Georges crie alors "Je suis prêt !" et Ordinator lui redonne sa forme de cyborg. Sous cette forme, Spectreman est capable de voler et de changer de taille à volonté ; il combat au moyen de shurikens, et son arme ultime est le Spectre-Flash, un rayon d'énergie multicolore utilisé pour porter le coup de grâce à un ennemi.


Le personnage de Spectreman était un militant écologiste avant l'heure. La série apparaît aujourd'hui très désuète, notamment en raison de trucages qui ont assez mal vieilli, mais elle conserve néanmoins un charme indéniable ; Spectreman a également le mérite d'être une série non-manichéenne ; en effet, tout cyborg invincible qu'il est, le héros possède ses faiblesses, et éprouve des sentiments humains ; Ordinator, pour sa part, ne se révèle pas toujours bienveillant envers les humains, et est parfois prêt à sacrifier certains d'entre eux pour le bien du plus grand nombre, ce à quoi Spectreman se refuse souvent. Enfin, dans certains épisodes, les monstres que le héros est censé combattre nous sont présentés comme sympathiques, et avant tout eux aussi victimes de la pollution.


Spectreman fut en France le premier d'une longue suite de héros japonais combattant le mal qui ont animé l'enfance de plusieurs générations : San Ku Kaï, X-Or, Bioman, et plus tard les Power Rangers américains...


Tetsuo Narikawa, l'acteur qui jouait le rôle humain de Spectreman, est décédé le 1er janvier 2010 à l'âge de 65 ans, d'un cancer des poumons.


La planète de Spectreman s'appelle Nebula 71 dans la VO, 71 étant l'année de production. Dans la VF, elle devient Nebula 79, d'après l'année du doublage francophone.


Spectreman devait être diffusé en France le 14 septembre 1979 comme l'annonçaient les médias de l'époque, avant d'être déprogrammé au profit de San Ku Kaï ce qui explique pourquoi nombre de produits dérivés (verres à moutarde, albums d'images ...) se sont retrouvés sur le marché français trois ans avant la diffusion hertzienne.


Sur les 37 épisodes répertoriés dans leur version française, seules les deux parties de "Satan Arrive" n'ont jamais été diffusés à la télévision mais éditées en VHS. En outre, le nombre d'épisodes doublés reste incertain. Au moins 37 le furent par la SOFI.


La version diffusée en France est en réalité un remontage américain expurgé et raccourci produit par Richard L. Rosenfeld, excluant un certain nombre de scènes jugées trop violentes ou sanglantes pour le public aux États-Unis. Le générique est lui aussi une adaptation par Jean-Pierre Jaubert du thème américain écrit et composé par Jerry Winn, Gregory Sill, et Bod Todd.


Il y eut deux génériques français. Le premier, interprété par Marc Pascal, fut utilisé pour les différentes sorties VHS vers 1981. Il est remplacé par un second générique français, interprété par Richard Dewitte pour la diffusion sur Antenne 2. C'est ce dernier qui fut édité en 45 tours. Richard Dewitte avouera plus tard que ce choix était avant tout « alimentaire ».

VOUS ETES SUR LA PREMIERE PAGE

LES ANNEES CLUB DOROTHEE